CHEVAL
https://www.hartog.eu/fr/agro/
CHEVAL
https://www.hartog.eu/fr/agro/

Ulcères Gastriques chez les Chevaux : Causes et Prévention

Les ulcères gastriques sont répandus chez les chevaux de sport, avec une prévalence allant jusqu’à 90%. Cet article examine de manière concise les causes et les mesures préventives, en mettant l’accent sur le système gastrique complexe des chevaux et des facteurs cruciaux tels que la nutrition et l’entraînement.

Les recherches montrent que dans le monde du cheval de sport, 40 à 90 % de la population souffre d’ulcères gastriques. Mais pourquoi les ulcères gastriques sont-ils si fréquents chez les chevaux de sport ? Examinons de plus près ce problème courant et voyons comment nous pouvons le comprendre et éventuellement le prévenir.

Qu’est-ce qu’un ulcère gastrique ?

Pour mieux comprendre pourquoi les chevaux souffrent d’ulcères d’estomac, il faut d’abord comprendre le fonctionnement de l’estomac du cheval. L’estomac du cheval est divisé en deux parties : la partie squameuse (partie supérieure), qui ne possède pas de glandes produisant l’acide gastrique, et la partie glandulaire (moitié inférieure), où l’acide chlorhydrique (HCI) est produit. La partie pavimenteuse est constituée de cellules qui ne résistent pas à l’acide gastrique ; il est donc essentiel d’empêcher les éclaboussures d’acide gastrique dans cette zone. La partie glandulaire protège normalement contre la production d’acide gastrique et la baisse du pH qui en résulte.

Les chevaux ont évolué avec une ration riche en fibres et pauvre en amidon et en sucres. De plus, chez les chevaux, le régime alimentaire est également très important. En effet, le système digestif des chevaux est adapté à une prise alimentaire étalée sur 24 heures. Par conséquent, les chevaux produisent de l’acide gastrique en permanence, même lorsqu’ils ne mangent pas. Le fourrage, la salive et l’eau jouent un rôle clé dans la dilution et l’amortissement de cet acide gastrique.

Contrairement à l’acide gastrique, la salive n’est produite que pendant la mastication. La salive est importante pour diluer (et tamponner) l’acide gastrique et reste intacte grâce à la recherche naturelle de nourriture. Lorsque l’accès au fourrage ou à l’eau est restreint, la dilution et le tamponnage de l’acide gastrique ne peuvent se faire correctement, ce qui peut augmenter le risque d’ulcères gastriques dans la partie squameuse de l’estomac.

Lorsque l’accès aux fourrages est libre, le pH de la partie squameuse de l’estomac varie entre 5 et 7, tandis que celui de la partie glandulaire se situe entre 2 et 3. Ces valeurs de pH varient non seulement d’une section à l’autre de l’estomac, mais aussi en fonction de l’heure de la journée et des rations. En cas de diminution de l’apport en fourrage, le pH de la partie squameuse peut descendre à 4 ou moins. Dans ce cas, le risque d’ulcères gastriques dans la partie squameuse augmente. En outre, des ulcères gastriques peuvent également se développer dans la partie glandulaire.

Fait : le nom commun des ulcères gastriques est le syndrome de l’ulcère gastrique équin (EGUS). Lorsque l’ulcère est situé dans la zone squameuse de l’estomac, il peut être classé comme maladie squameuse gastrique équine (ESGD). Si l’ulcère se situe dans la région glandulaire, il peut être classé comme maladie glandulaire gastrique équine (EGGD).

Quels sont les symptômes des ulcères d’estomac chez les chevaux ?

Bien que tous les chevaux ne présentent pas de symptômes, les signes d’ulcères d’estomac peuvent être les suivants

  • Coliques
  • perte de poids
  • Changement d’appétit
  • diarrhée
  • Puçage
  • Grincement des dents
  • Changements de comportement

Si vous pensez que votre cheval souffre d’un ulcère, consultez un vétérinaire pour obtenir un diagnostic.

Facteurs de risque et prévention des ulcères gastriques squameux

Les facteurs de risque de l’ulcère gastrique squameux équin (ESGD) chez les chevaux peuvent varier, mais les descriptions dans la littérature incluent les fourrages grossiers, l’entraînement et la teneur en hydrates de carbone non structurels dans la ration.

Fourrage grossier

Il a été démontré qu’un manque de fourrage grossier peut augmenter le risque d’ulcères gastriques. Pour éviter cela, il est important d’offrir aux chevaux des fourrages à volonté ou d’éviter les longues périodes (plus de 4 heures) sans fourrage.
Les fourrages grossiers présentent plusieurs avantages tels que la stimulation de la salive, la dilution de l’acide gastrique en raison de leur volume important et la formation d’un « tapis » protecteur dans l’estomac contre les éclaboussures d’acide gastrique.

Entraînement

L’entraînement peut également influer sur le risque d’ulcères gastriques chez les chevaux. Un entraînement intense peut exposer la zone squameuse à l’acide gastrique par le biais de la contraction gastrique. Dans ce cas, l’apport de fourrage grossier avant l’exercice semble avoir un effet tampon et peut réduire le risque.

Teneur en glucides non structurels de la ration

La teneur de la ration en glucides non structurels, tels que le sucre et l’amidon, peut également jouer un rôle dans le développement des ulcères gastriques. Il est recommandé de donner aux chevaux une ration à base de fourrage grossier et tout aliment complémentaire pauvre en sucre et en amidon. Lorsque des concentrés sont donnés, ils peuvent être mélangés à un mélange de fourrage grossier tel que Hartog Digest afin de réduire l’impact des concentrés sur l’estomac. En outre, il n’est pas recommandé de donner de grandes quantités de concentrés lorsque le cheval a besoin de plus d’énergie ou lorsqu’il doit prendre du poids. Dans ces cas, il convient d’opter pour des produits à base de fibres et/ou, par exemple, d’huile végétale.

Facteurs de risque et prévention des ulcères gastriques chez les chevaux à glandes

Il existe des facteurs de risque moins évidents pour l’EGGD (Equine Glandular Gastric Disease). Plusieurs études ont été réalisées à ce sujet, mais aucune relation n’a été établie jusqu’à présent entre la ration et l’EGGD. Normalement, la partie glandulaire est protégée de l’acide gastrique, ce qui évite les ulcères gastriques dans cette partie de l’estomac. Il semble donc que la perte de cette protection soit à l’origine de l’EGGD. D’autres recherches sont encore nécessaires pour mieux comprendre les risques liés à l’alimentation et la prévention de l’EGGD.

Conclusion et informations complémentaires

Cet article donne un petit aperçu du sujet des ulcères gastriques chez les chevaux. Souhaitez-vous en savoir plus sur ce sujet ? Plusieurs scientifiques spécialisés dans ce domaine ont mis en commun leur expertise dans une déclaration de consensus sur les connaissances actuelles en matière d’ulcères gastriques, intitulée « Equine Gastric Ulcer Syndrome : An Update on Current Knowledge » (Syndrome de l’ulcère gastrique équin : mise à jour des connaissances actuelles). Les informations contenues dans cet article sont donc issues de cette déclaration.

Des questions sur l’alimentation de votre cheval ? N’hésitez pas à nous contacter ou à nous demander une consultation gratuite sur l’alimentation.

Gerelateerde artikelen

Note d’état corporel

Les avantages de la biotine pour les chevaux

L’importance de la vitamine E pour votre cheval 

Pourquoi choisir un équilibreur pour votre cheval ?

Alimentation sportive ciblée 

Un cheval de sport actif et en forme.

Inscrivez-vous maintenant à notre newsletter

Recevez les dernières offres, le contenu exclusif et les nouvelles de Hartog Family Farms.